Main Content

Dans Le grand oral sur France 2

« …Périmée! Sur l’argus féminin 2019, si tu es née avant 1959, tu n’es plus cotée. Tu roules sur la jante. Tu dégages et hop, direct à la casse. Là, je pénalise, mais le passé maternel aussi. « Tu as eu 5 enfants ? Tu dois être toute abîmée, encore, alors?  » Alors là, s’il te reste 2 petits complexes cachés dans le fond du soutien-gorge, par exemple, mais plus jamais tu les ressors. Moi, des complexes, je n’en ai pas. Je n’en ai plus, enfin. Avant, tout ce que je voyais qui se dégradait sur ce corps, toutes ces parties molles qui se mettaient à obéir à la dure loi de la pesanteur sans opposer la moindre résistance, ces rides d’expression qui n’exprimaient plus que mon âge, ces taches sur les mains qui brunissaient, ces cheveux qui blanchissaient… Ce tableau me déprimait. Un matin, je soufflais devant ma glace. Ma fille, ma dernière, me dit: « Maman, c’est normal. Tu as 60 ans.  » Je me suis regardée. C’est elle qui avait raison. C’était normal. J’ai continué à m’occuper de moi. Je n’ai pas baissé les bras, au contraire, je les ai levés. J’ai arrêté de dire bonjour façon reine d’Angleterre. Maintenant, j’assume… Ça ballotte, ça pend, c’est normal, j’ai 60 ans. Applaudissements. Mesdames, nos rides sont belles. Elles parlent. Chacune d’elle a une histoire. Moi, je veux vieillir comme Meryl Streep…. »