Main Content

Dans Dimanche en France, la suite sur France 3

“…Ma femme m’a envoyé un message en me disant: “Il y a eu une catastrophe à Toulouse.” Je sortais d’un bar à vins, je n’ai pas saisi la chose. Le matin, j’allume la télé et je vois la place Arnaud-Bernard. Je n’en croyais pas mes yeux. J’aurais pu perdre ma famille. Je me suis senti presque fautif d’être si loin. – J.-B.Boursier: Quel souvenir en avez-vous, Yannick Jauzion? – Y.Jauzion: J’étais proche de l’explosion. J’étais dans le quartier des Minimes. Il y a eu 2 grands bruits. Il y a eu 2 souffles. Mes parents habitent dans le Tarn, entre Castres et Albi, à une heure d’ici. Ils ont entendu le bruit. C’est dire la violence. – E.Carrière: Il paraît que ça aurait pu être bien pire. Il y avait une poudrerie à côté. Toutes les tuyauteries ont bougé, et il s’en est fallu de peu pour que ce soit une catastrophe. Il y a encore des logements qui n’ont pas été habités à nouveau. Il y a des gens qui sont morts, beaucoup de personnes qui sont atteintes de surdité… – Y.Jauzion: Il y a eu des vitres brisées. Ça a causé pas mal – J.-B.Boursier: Vous vous êtes mobilisés autour de cette catastrophe. Il y a toujours une vie culturelle et artistique, à Toulouse. Cette ville est extrêmement riche. Vous êtes vous-même des artistes. Vous chantez beaucoup sur scène. Il y a eu des musiciens ici. Si je vous demande un nom de groupe de musiciens qui vous a marqués, ici? – M.Sarran: Il y a Big Flo et Oli, qui cartonnent. Il y a les Cats on Trees. – E.Carrière: Francis Cabrel a enregistré tous ses disques à Toulouse….”