Category: Discussions dans des emissions TV

Dans Mado fait son show sur D8

“…Non, attends, moi, pour pas me faire accuser, je me mefie. Dans le bar, sur le panneau des consommations, au lieu de marquer “Café noir”, moi, j’ai marqué “Café de couleur”. Le public rit. – Dans un bar, t’en vois de toutes les couleurs. Même, unjour, attends, il me vient un client de passage, tu sais. Genre, trois fois le tour du monde en deux semaines, le genre “Ushuàfade”. Vous voyez ? Tu sais, le type qui transpire le mystère. Enfin, surtout sous les bras ! Il avait le regard, tu sais de qui? Ouais, de “Brice Willis”. Quand il est rentré dans le bar, moi, j’ai senti de suite que ce type, il avait besoin de poser sa tête sur l’épaule d’une femme enveloppante. Je me suis sentie visee. Je me sentais un peu comme si j’avais 20 ans. Ça fait drôle, tu sais. Le genre de moment où tu tentes discrètement d’ôter l’alliance avec le savon. Tu peux pas, les années de mariage t’ont fait les doigts boudinès. Je me sentais comme Meryl Streep, dans “Sur la route de Madison”. Vous l’avez vu, ce film ? Quelle merveille ! Partagée entre le mari que t’y as promis de rester pour le pire… – Et l’appel de l’aventure, qui t’attend pour le meilleur. Bon, franchement, je sais pas si j’aurais quitté Albert. – Non, tu vois, je me suis dit que c’était possible, mais je l’ai pas fait. J’aurais pu, maisje l’ai pas fait. Mais je pense que j’aurais pu. Enfin, je regrette un peu. Enfin, comme Meryl Streep, pareil….”
“…Elle joue un jingle de chute. Le public applaudit. Elle l’embrasse. – Hein ? Sacré monsieur Rossi ! Il a bien fait de partir. Cette loi anti-tabac te l’aurait tué avant qu’il meure. On a du tabac, on peut plus le fumer. Du vin, on peut plus le boire. On a des choses à dire, mais on peut plus en parler. C’est vrai. Un mot mal placé, tu te fais traiter de raciste. Moi, le racisme, dest pas mon genre. Quand tu vois le mesclun, chez nos ancêtres ! Quand tu commences à remonter dans l’arbre “gynécologique”, tu te rends compte que tout le monde est “mesclunisé”. Non, attends, moi, pour pas me faire accuser, je me mefie. Dans le bar, sur le panneau des consommations, au lieu de marquer “Café noir”, moi, j’ai marqué “Café de couleur”. Le public rit. – Dans un bar, t’en vois de toutes les couleurs. Même, unjour, attends, il me vient un client de passage, tu sais. Genre, trois fois le tour du monde en deux semaines, le genre “Ushuàfade”. Vous voyez ? Tu sais, le type qui transpire le mystère. Enfin, surtout sous les bras ! Il avait le regard, tu sais de qui? Ouais, de “Brice Willis”. Quand il est rentré dans le bar, moi, j’ai senti de suite que ce type, il avait besoin de poser sa tête sur l’épaule d’une femme enveloppante. Je me suis sentie visee. Je me sentais un peu comme si j’avais 20 ans. Ça fait drôle, tu sais. Le genre de moment où tu tentes discrètement d’ôter l’alliance avec le savon. Tu peux pas, les années de mariage t’ont fait les doigts boudinès. Je me sentais comme Meryl Streep, dans “Sur la route de Madison”….”

Dans Médias, le magazine sur France 5

“…Vite rattrapée par reportages. En hélicoptère, en Charles Aznavour. Bref, elle donne – T. Hugues : Excellent souvenir ? – M. Drucker : Non. C’est pour ça vous fonctionnez au défi. Vous le mien. – T. Hugues : Il y a eu le portrait de Charles Aznavour….”
“…primaires républicaines de l’Iowa. l’animatrice Virginie Guilhaume. France2. tout faire. Je ne dis pas cela toutes les facettes de son métier. l’antenne. Vite rattrapée par reportages. En hélicoptère, en Charles Aznavour….”

Dans On a tous en nous quelque chose de Laurent Ruquier sur France 2

“…-Il y aura plus de montage que je ne le prévoyais. -Non, mais voilà. Pour moi ça a été clairement quelqu’un de déterminant dans ma vie. Maintenant, des images. L’auteur. “Je préfère qu’on reste amis”, “La presse est unanime”, “Grosse chaleur”, “Si c’était à refaire”… Petit montage. -Géniale, l’idée. Géniale la réalisation. Et toi, ma chérie, tu es géniale! -Franchement ? -J’ai pas vu le film. -Genevieve, comme vous avez pu le constater à vos dépens, ma femme est dans un état cata… Mais que faites-vous ? -A votre avis ? -Je dirais qu’elle a soif. -On signale de nouveaux pics de chaleur. -Rien à foutre, gros con ! -La météo nous communiqué que les températures à l’ombre, ça explique les écarts avec ce qu’on subit vraiment. -Je le sais, pauvre tache! -Mon amour, laisse-moi dormir. J’ai fait l’amour toute la nuit. -Je sais, j’étais là. sonne, vous décrochez, vous dites : “Chirurgie esthétique Jouvence, j’écoute”. Et vous prenez les messages. Le téléphone sonne. -“Chirurchie echthétique Chouvence, j’écoute ? ” Oui ? Tout le monde est prêt ? -JE ME VOYAIS DEJA EN HAUT DE L’AFFICHE. EN 10 FOIS PLUS GROS QUE N’IMPORTE QUI MON NOM S’ETALAlT. ADULE ET RICHE, SIGNANT DES PHOÎ AUX ADMIRATEURS QUI SE BOUSCULAIENT. -Ca, c’était un spectacle autour des chansons de Charles Aznavour….”

Dans Les reines du shopping sur M6

“…-De toute façon, je suis fan. -Fut nettement moins fan pendant son shopping. -C’est moche. Cette tenue, c’est pour faire le ménage. -Alors, Manon, votre verdict, c’est maintenant. -Vraiment, tu m’as fait peur, pendant le shopping. Je suis ravie. C’est la robe que je préférais. -Elle vous a même fait chanter. -En rouge et noir J’exilerai ma peur Le sac, j’adore la forme, j’adore les froufrous. -Le sac, on s’en souvient aussi. -Prends ce sac. Il t’appelle. La mise en beauté, par contre… Manon rit. Je valide absolument pas. Je trouve que le maquillage, ça va pas. Il fallait mettre tes yeux en valeur. La coiffure, c’est trop, trop brouillon. Je valide pas. -Les cheveux, ça fait brouillon, oui, d’accord, mais j’adore. J’adore qu’on voie pas que je sors de chez le coiffeur. Chaque cheveu à sa place, je déteste ça. -Manon, convaincue par ces arguments ? c’est pas du tout envisageable. Ça fait un global dégueu. -Mise à part la coiffure dégueu, Douchka est dans le thème ? -A part ça, je te mets dans le thème “1er rendez-vous avec un homme “rencontré sur le Net”. -Je te remercie. -On débute avec un “dans le thème”. Ça peut se gâter. C’est à notre flingueuse de prendre la parole. Elle a été fidèle à elle-même. -Ça fait bohémienne. Elle peut postuler pour jouer Batman. -Tous aux abris. Pascale, c’est a vous. -Tu m’as fait de grosses frayeurs quant à tes essayages, mais finalement, la robe est jolie, belle matière, une matière fluide. Elle te va très bien. -Vous aviez presque fait un compliment. -Elle rappelle, en moins classe, Meryl Streep dans “Le Diable s’habille en Prada”….”
“…-Et voilà. J’ai 400 euros, 3 heures pour trouver une tenue pour un rendez-vous avec un homme rencontré sur Internet. J’y vais. -On y va. -Top chrono. Depuis son bureau, Cristina suivra votre shopping. Tout comme vos rivales. Vous voici à la 1re boutique, qui offre un large choix de tenues féminines colorées et, on l’espère, parfaites pour le thème. -Bonjour, madame. Je dois trouver une tenue pour un rendez-vous galant avec un homme Vous pouvez m’aider? -Cachez votre joie. -J’ai ce genre de chose. -J’aime bien. J’aimerais quelque chose en dessous pour la rallonger un peu devant. Un jupon en tulle ou quelque chose comme ça. -Madame, on a oublié de vous prévenir. Douchka est une coureuse de jupons. -Je mets souvent un jupon sous les jupes. -Découvrons le 1er essayage de notre doyenne. Sans jupon, dites donc. Alors, verdict ? -J’adore mais elle est trop courte. -Ça n’a pas échappé à notre très girly Mélanie. -Ca, Douchka, ce n’est pas ton style de laisser paraître tes genoux a l’air libre. -Melanie n’est pas à genoux devant cette robe. Et notre cash Rachida ? -Elle peut pas faire plus sexy. -Si, elle pourrait faire comme vous lors de votre défile. Douchka, vous êtes sûre de votre coup ? -Je pense que c’est sobre. Ça va plaire. -Est-ce que ça plaît à Manon ? -Ça va. Rouge et noir… Ben, tu vaincras ta peur. -Ça nous rappelle une chanson. -En rouge et noir Je vaincrai ma peur -On a compris, ça passe. En revanche, ça n’a pas l’air de passer pour Pascale. -On dirait, en moins classe, Meryl Streep dans “Le Diable s’habille en Prada”. -Merci d’avoir ajouté le “en moins classe”. Ça fait plaisir. Elle vaut combien la robe de Meryl Streep ?…”
“…Vous voici au point de départ de votre parcours. Votre chauffeur reviendra dans 3 heures. On récapitule ? -Et voilà. J’ai 400 euros, 3 heures pour trouver une tenue pour un rendez-vous avec un homme rencontré sur Internet. J’y vais. -On y va. -Top chrono. Depuis son bureau, Cristina suivra votre shopping. Tout comme vos rivales. Vous voici à la 1re boutique, qui offre un large choix de tenues féminines colorées et, on l’espère, parfaites pour le thème. -Bonjour, madame. Je dois trouver une tenue pour un rendez-vous galant avec un homme Vous pouvez m’aider? -Cachez votre joie. -J’ai ce genre de chose. -J’aime bien. J’aimerais quelque chose en dessous pour la rallonger un peu devant. Un jupon en tulle ou quelque chose comme ça. -Madame, on a oublié de vous prévenir. Douchka est une coureuse de jupons. -Je mets souvent un jupon sous les jupes. -Découvrons le 1er essayage de notre doyenne. Sans jupon, dites donc. Alors, verdict ? -J’adore mais elle est trop courte. -Ça n’a pas échappé à notre très girly Mélanie. -Ca, Douchka, ce n’est pas ton style de laisser paraître tes genoux a l’air libre. -Melanie n’est pas à genoux devant cette robe. Et notre cash Rachida ? -Elle peut pas faire plus sexy. -Si, elle pourrait faire comme vous lors de votre défile. Douchka, vous êtes sûre de votre coup ? -Je pense que c’est sobre. Ça va plaire. -Est-ce que ça plaît à Manon ? -Ça va. Rouge et noir… Ben, tu vaincras ta peur. -Ça nous rappelle une chanson. -En rouge et noir Je vaincrai ma peur -On a compris, ça passe. En revanche, ça n’a pas l’air de passer pour Pascale. -On dirait, en moins classe, Meryl Streep dans “Le Diable s’habille en Prada”….”

Dans L’autre JT sur France 4

“…L’autre particularité d’Escobar est qu’il avait tellement d’argent qu’il savaü savait Ils bon coeur. – Mais il a tue tellement de gens. – Oui. Ce n’est pas bien. Il ne connaissait pas d’autre vie. – Pablo Escobar, bienfaiteur? J’ai des doutes. Mauricio nous emmène sur les hauteurs de Medellin. – Pourquoi ça s’appelle le quartier Pablo Escobar? – Parce qu’il a donné ce – Son portrait est décidé d’aller voir ce que c’était. Francis Cabrel m’y emmène….”

Dans L’antidote sur D8

“…- Cyril Hanouna: Cestjuste un ours. Ne vous inquiétez pas. On va accueillir Camille Combal. Vous le connaissez? Il y a Gilles Verdez derrière vous, méfiez-vous, Règine. Camille Combal! Ça va, mon Camille? Je vous présente Antoine de Caunes, Règine, Patrick Bruel. – Camille Combal: C’est magnifique. Il y a du beau monde. – Cyril Hanouna: On dirait des sosies. – Camille Combal: J’aime tout le monde. – Cyril Hanouna: Règine avec sa tournée “La grande Zoa”. Allez la voir. Même si vous avez cassé, vous allez voir Regine et vous reprenez. Comment ça va? Il sort du collège, celui-ci. Emmène-moi loin, bébé. – Camille Combal: Ce soir, nouvel épisode de la photocopieuse. Avant, notre tour du PAF. Que s’est-il passe ces dernières 24 heures dans les coulisses de D8? Gilles Verdez continue de s’entraîner pour le casting de “The Voice”. Pas mal. Jean-Michel est tombé sur un vieux pote. Matthieu Delormeau a été lâché par ses boys, mais il continue de s’éclater sur la Delormeau Dance. C’est officiel: Jean-Luc Lemoine se présente pour un concours officiel de sosies de Francis Cabrel….”

Dans Montreux Comedy Festival sur France 4

“…” Imaginez la 1ere dame dans le pucier avec les bigoudis, François Hollande en slip, Claude Sèrillon qui le suit pour lui faire son Règè couleur dans la salle de bains. C’est énorme. Du Feydeau. “L’information Julie Gayet est le 1er titre des matinales. “Je craque, je ne peux entendre ça. Je vais dans la salle de bains “et saisis le sac contenant les somnifères. François m’a suivie “et tente de m’arracher le sac”. C’est un violent. “Je cours dans la chambre, “il attrape le sac qui se déchire. ” C’est énorme. “Les pilules äèparpillent, “je parviens à en récupérer. ” Vous imaginez, c’est la 1ere dame. “J’avale ce que je peux. C’est pas gentil pour lui non plus. “Je veux dormir, je ne veux pas vivre les heures qui vont arriver. ” Alors là aussi, on a la scène, on fait preuve d’imagination. Hollande en slip avec une chaussette qui court autour du plumard après la Valèrie hystérique, en nuisette. Claude Serillon est parti. Et là, tel Gérard Jugnot dans “Le père Noël est une ordure”, elle prend les capsules : “Napprochez pas ou j’avale tout l” Je vous livre la plus grande phrase. C’est désopilant. “Il me dit “qu’il me regagnera comme si j’étais une élection. ” A mon avis, c’est pas gagné. Merci, Fabrice. Alors pour terminer, notre invite d’honneur. Il nous revient de son Sud-Ouest natal, avec son accent qui fleure bon le cassoulet : Francis Cabrel….”

Dans Velvet sur M6

“…Vous recomptez ? La confiance règne ! -450 euros. L’aventure commence. -Et quelle aventure ! -C’est presque une enquête. Ma mission, en 3 heures, avec 450 euros : m’incorporer au thème “séduisante en hiver”. -Ah ! J’adore ! Je vais passer un bon moment. On y va ! -Inspecteur, nous voilà sur le lieu du crime. Enfin, près de la 1re boutique de votre liste. Inspecteur Marie-Silvia au rapport. -3 heures, 450 euros. Le thème : séduisante en hiver. L’aventure et l’enquête commencent. C’est parti. -Ouh là… Top chrono! Cristina va suivre vos essayages, tout comme vos concurrentes. Attendez-nous ! Voici la 1re boutique imposée. Vous y trouverez de quoi vous relooker et des accessoires dans un style bohème-chic. -Bonjour. Vous le savez peut-être, je fais partie -La brigade des Reines du shopping. La mission de l’inspecteur? On fait le tour ? -Oui. -Y a du choix. -Vous permettez ? -Allez-y. -Au taquet. -On a pas mal de pièces avec de la fourrure. -Est-ce que vous êtes cher ? -La question du prix est importante pour l’inspecteur. -Je suis trop rapace pour mettre 1 000 euros dans un sac. -Est-ce que notre rapace a vu de belles choses ? -C’est un style superbe, mais je trouve pas ça séduisant. C’est un peu âgé. -Je vous quitte. -Quoi donc, inspecteur? -Très joli mag… S’il te plaît, le temps ? -Oui. 2 heures 52. -Allez, la 2e. -On voulait savoir ce que vous pensiez… On vous suit. Enfin, on essaye. -Arrête de courir, t’as pas besoin. T’as 3 heures devant toi. -2 heures 50. Vous allez nous le demander toutes les 2 minutes ? -“Le temps, le temps”, comme disait Charles Aznavour….”

Dans Taratata 100% live sur France 2

“…Ça fait du bien de vous retrouver. Oui, oui. -C’est Sylvie Vartan dans “Taratata”! -“C’est pour toi. ” -On ne peut pas rester sans bouger avec cette chanson. C’est vrai. “Une vie en musique”, c’est la malice de son nouvel album. Tu as finalement chanté la bande originale de ta vie en allant dans les 3 villes qui ont compté: Sofia, Paris, Los Angeles. -La musique s’articule dans ces 3 villes. D’abord, l’enfance en Bulgarie. Il y a des chansons comme “L’Orient-Express”, “Mon père”. -L’exercice de se dire: “J’ai vécu à Sofia, Paris, Los Angeles” et d’aller dans le lieu même pour enregistrer la chanson qui en parle, ça influence l’enregistrement ? -La Bulgarie est le pays de la nostalgie. C’était le pays de mon enfance, de mes parents. La France, c’est mon pays, et l’Amérique, c’était le rêve. Le rêve du cinéma, de la comédie musicale, du rock. L’avènement du rock, on était tous fous! -Et des paillettes, aussi! -“Une vie en musique”… -Les paillettes, c’est indémodable. -Sur cet album, vous avez tous en tête… zQLland \a nuit referme ses ailes, que dans la soie et la dentelle, un soir, je serai la plus belle, la plus belle pour aller danser. -Ecrite par Charles Aznavour. -Et Georges Garvarentz. -Charles Aznavour a écrit le texte….”