Category: Discussions dans des emissions TV

Dans M6 Music fête ses 20 ans sur M6

“…-Baby, we’Il be old -So caIl me maybe -Oppa Gangnam Style -Avec son titre disque de diamant et au sommet des charts français pendant 11 semaines, la chanteuse canadienne mérite bien qu’on la rappelle. -It’s hard to look right At you baby But here’s my number -Brocantes et friperies servent de décor et de sujet à ce hit international qui a reçu 2 Grammy Awards et qui a été numéro 1 dans la plupart des pays du monde. -“Gangnam Style”, il est arrivé, il a battu des records. C’est le premier à avoir fait un milliard de vues. Comme ça, “wop, wop, wop”… -HEY SEXY LADY Il est venu, a tout ravagé et s’est cassé. (Musique douce) Ah ouais… “Someone I Used To Know”, de Gotye. C’est un des meilleurs sons de cette année-là. Avec Gims, on écoutait trop ce son. -But you didn’t have to cut me off Il fredonne la chanson. Tu vois ? Il était trop lourd, ce son. -Moi je n’étais rien Et voilà qu’aujourd’hui Je suis le gardien Du sommeil de ses nuits Je l’aime à mourir -Je vais chanter une chanson de l’année 2012, de Shakira, “Je l’aime à mourir”, qui a repris Francis Cabrel. -Vous pouvez détruire Tout ce qu’ilvous plaira -La musique me va à merveille. Je connaissais la musique, mais pas toutes les paroles. Quand je les ai apprises, j’ai vu qu’il écrit vraiment super bien, Francis Cabrel….”
“…Uh, uh Yeah, yeah, yeah There’s a fire Starting in my heart Reaching a fever pitch And it’s bringing me out the dark Finally I can see you crystal clear Go ‘head and seIl me out And l’Il lay your shit bare See how I leave With every piece of you Don’t underestimate The things that I wiIl do The scars of your love Remind me of us They keep me thinking We almost had it aIl They leave me breathless I can’t help feeling We could have had it aIl Rolling in the deep You had my heart Inside of your hand And you played it To the beat Baby I have no story to be told But l’ve heard one of you And l’m gonna make Your head burn Think of me in the depths Of your despair Making a home down there Cause mine won’t be shared I can’t help thinking Yeah, you played it Oh, oh You played it Yeah, to the beat Acclamation Merci beaucoup. Merci ! -Baby, we’Il be old -So caIl me maybe -Oppa Gangnam Style -Avec son titre disque de diamant et au sommet des charts français pendant 11 semaines, la chanteuse canadienne mérite bien qu’on la rappelle. -It’s hard to look right At you baby But here’s my number -Brocantes et friperies servent de décor et de sujet à ce hit international qui a reçu 2 Grammy Awards et qui a été numéro 1 dans la plupart des pays du monde. -“Gangnam Style”, il est arrivé, il a battu des records. C’est le premier à avoir fait un milliard de vues. Comme ça, “wop, wop, wop”… -HEY SEXY LADY Il est venu, a tout ravagé et s’est cassé. (Musique douce) Ah ouais… “Someone I Used To Know”, de Gotye. C’est un des meilleurs sons de cette année-là. Avec Gims, on écoutait trop ce son. -But you didn’t have to cut me off Il fredonne la chanson. Tu vois ? Il était trop lourd, ce son. -Moi je n’étais rien Et voilà qu’aujourd’hui Je suis le gardien Du sommeil de ses nuits Je l’aime à mourir -Je vais chanter une chanson de l’année 2012, de Shakira, “Je l’aime à mourir”, qui a repris Francis Cabrel….”

Dans Michaël Gregorio : J’ai 10 ans sur W9

“…Ça doit faire au moins mille fois Que j’ai compté mes doigts Où t’es, où t’es, papaoutai ? (Musique electro) Il est essoufflé. Oh, j’ai pris cher. Merci, coach. Fais une bise à Adrian. Et merci aux danseurs, hein. Bravo aux danseurs et danseuses. Bravo. Merci. Désolé. Vous venez d’applaudir des pixels. C’est une belle rencontre, Brel et Stromae. C’est le plaisir de mon métier. Je peux marier les gens même sans leur accord. Et ce soir, pour ces 10 ans, je m’en suis pas privé. Je suis très heureux de vous annoncer un nouveau mariage. L’un accroche des lilas jusque sous vos fenêtres. Et l’autre porte ses lunettes jusque dans ses toilettes. Rires Charles Aznavour chante Maître Gims….”
“……”

Dans Ils ont fait 2018 sur M6

“…-Je m’voyais déjà En haut de l’affiche -La mort de Charles Aznavour: un choc pour la nouvelle génération d’artistes qui perd une idole. -C’est une grande histoire d’amour. Ce 1er octobre 2018 restera gravé à toutjamais. La bohème -Ça été pour moi un jour noir. Il m’a bercée dès mon plus jeune âge, tout au long de ma vie. J’ai toujours dit, à chaque période de ma vie, j’ai eu une chanson d’Aznavour. -L’image que je garde de Charles Aznavour, je pense que c’est… un des plus grands hommes que j’ai pu croiser. -C’est en chantant sa jeunesse que je l’ai rencontré pour la 1re fois, que j’ai chanté devant lui. Quand l’amour sur nous se penche Pour nous offrir ses nuits blanches J’ai pleuré en le regardant. Il m’a dit : “Je fais cet effet aux femmes.” Ça m’a fait rire, intérieurement, carje pleurais encore. -Une longue carrière, avec plus de 1300 chansons qui traversent le temps et les générations. Je vous parle d’un temps Que les moins de 20 ans Ne peuvent pas connaître Montmartre en ce temps-là Accrochait des lilas Jusque sous nos fenêtres -“La bohème”, ça a été ma chanson porte-bonheur. C’est avec cette chanson que je me suis battue dans tous mes castings, que j’ai émergé. -Ma chanson préférée ? Ouh là, ily en a tellement! Hier encore j’avais 20 ans -Je caressais le temps Etjouais de la vie Comme on joue de l’amour Etje vivais la nuit Sans compter sur mes jours Qui fuyaient dans le temps J’ai fait tant de projets Qui sont restés en l’air -Parfois, les chansons ont des histoires. peu importe les moments où elles surgissent, mais elles reviennent, encore et encore, et c’est ça qui fait les grandes chansons. Et Charles Aznavour, il en a un paquet, des grandes chansons….”

Dans Télétransmissions, des variétés aux divertissements sur France 5

“…On disait : “Il faut passer chez Guy, le lendemain, les ventes, ça décolle.” -C’était un producteur qui savait quand un artiste avait besoin de lui. -Un jour, Paul Lederman appelle Guy : “Je veux te montrer un artiste”. On est entrés dans une salle vide, un artiste se produisait avec un pot de fleurs, et c’était Coluche. Guy a dit à Paul Lederman : “Amène-le la semaine prochaine”. -Voici cette scène d’un fleuriste par Coluche. Applaudissements. -Coluche arrive, il fait son sketch, un bide. -Hum ! Hum ! -“Bonjour Madame”? -Ce serait pour un renseignement. -Oui, qu’auriez-vous désiré ? -Guy s’énervait, mais grave. Il a dit: “Non mais, ils ont rien compris”, en parlant du public. -Oui, c’est pour offrir à une dame -Oui, oui, c’est pour faire un petit geste. -Oui, un petit plaisir. -Il dit à Coluche : “Reviens la semaine prochaine avec un autre sketch.” Coluche est revenu qui allait mieux. J’ai fait le suivi de la sortie de disques de certains artistes et la promotion. -Voici notre invité d’honneur Joe Dassin, “Et si tu n’existais pas”, son futur très grand succès. -Certains attachés de presse de maisons de disque, par exemple Robert Toutan, qui était très connu à l’époque, m’apportaient des disques pour que je les écoute. Roberto m’a apporté Francis Cabrel, il m’a dit: “Ecoute ça à la maison, si tu peux, programme-le”….”

Dans Les duos inattendus : Deux générations pour une chanson sur W9

“…Just let it be l’m in recovery Woo ooh ooh l’m holding on I know l’m almost there So don’t reach out And teIl me that you care l’m finally sober I see the light The worst is over Nobody died l’m stiIl trying To let you go Oh baby please leave me alone Can’t you see I know you wanna say you’re sorry But I don’t wanna hear that story I don’t wanna be your fool anymore Always thought you’d be the one Who always needed me My home you’d be my home Suddenly your memory Intime is like an enemy so cold Wooh ooh ooh ooh ooh But I already heard that story And I don’t wanna be Your fool anymore (musique douce) -Giorgio. On parle de duos inattendus, on se plante pas. Ça fait quelque chose de Camilia, j’imagine. -Oui. Ça me fait hyper plaisir. -Plaisir partagé. -C’est cool de la rencontrer. -Georgio, c’est la nouvelle génération du rap français, découvert sur Internet grâce à un financement participatif. A 25 ans, il présente son nouvel opus avec des collaborations aussi prestigieuses qu’inattendues : Woodkid, Vald et bien d’autres. -Y a tout qui se mélange dans ma tête et mon corps -C’est incroyable de vous retrouver tous les deux sur ce titre. -La bohème Leur duo rend hommage à l’un de nos plus grands chanteurs français, l’artiste aux 180 millions d’albums vendus dans le monde, disparu le 1er octobre 2018 : monsieur Charles Aznavour. -Ave Maria -Toi, Aznavour, tu l’as déjà chanté. -Depuis petite, je le chante. parce qu’Aznavour… Charles Aznavour adore les changements de tempo au sein même d’une chanson….”

Dans W9 d’or 2018 sur W9

“…Zaz, s’il vous plaît. -Claudio Capéo, s’il vous plaît. Merci d’avoir rendu hommage à Charles Aznavour, pour vous, ça représente quoi?…”
“…(Vegedream, “Ramenez la coupe à la -A’ l’e a’ l’e a’ l’e! Acclamation. Gras, tu m’as remis dans l’ambiance! Mais moi, je peux pas te laisser partir comme ça. Là, tu nous as ambiancé… Mais il manque une petite partie dans le son que moi, je kiffe Celle où tu parles de Pogba. Est-ce que tu peux la faire, s’il te plaît? Rien que pour ici! -Comment tu fais, toi? -Moi, je fais… -Polo, Paul Pogba… Mais c’est pas pareil. -Je vais te montrer que le public qui est ici, c’est le meilleur. Ils vont le faire à ma place. Le milieu est assuré. . Attaque ou défense. . -POLO, PAUL POGBA! -Vegedream! -Merci beaucoup. Merci. Ton album est toujours dans les N’hésitez pas. -Merci à tous. Ciao. Cette année, on a perdu un monstre sacré de la chanson française. On lui a dédié cette cérémonie, non seulement pour tout ce qu’il a apporté à la chanson française, mais aussi parce que c’est le chanteur français le plus connu en dehors du monde francophone. Mesdames et Messieurs, Charles Aznavour, qui est toujours pour nous en haut de l’affiche. (Charles Aznavour, “Formidable”)….”
“…(Vegedream, “Ramenez la coupe à la -A’ l’e a’ l’e a’ l’e! Acclamation. Gras, tu m’as remis dans l’ambiance! Mais moi, je peux pas te laisser partir comme ça. Là, tu nous as ambiancé… Mais il manque une petite partie dans le son que moi, je kiffe Celle où tu parles de Pogba. Est-ce que tu peux la faire, s’il te plaît? Rien que pour ici! -Comment tu fais, toi? -Moi, je fais… -Polo, Paul Pogba… Mais c’est pas pareil. -Je vais te montrer que le public qui est ici, c’est le meilleur. Ils vont le faire à ma place. Le milieu est assuré. . Attaque ou défense. . -POLO, PAUL POGBA! -Vegedream! -Merci beaucoup. Merci. Ton album est toujours dans les N’hésitez pas. -Merci à tous. Ciao. Cette année, on a perdu un monstre sacré de la chanson française. On lui a dédié cette cérémonie, non seulement pour tout ce qu’il a apporté à la chanson française, mais aussi parce que c’est le chanteur français le plus connu en dehors du monde francophone. Mesdames et Messieurs, Charles Aznavour, qui est toujours pour nous en haut de l’affiche….”

Dans Les Grosses Têtes refont 2018 sur France 2

“…-L.Ruquier: Roselyne? -Viens voir les musiciens, voir les comédiens. Manoeuvre? Tu te laisses aller. -L.Ruquier: Bel hommage. C’est sympa pour votre femme. Caroline? “Mourir d’aimer”? -C.Diament: Nolwenn souhaite la chanter avec moi. -Mourir d’aimer. De plein gré s’enfoncer dans la nuit. Payer l’amour au prix de sa vie. -Artus: Il ne me marche pas, ce micro! -L.Ruquier: Ça aide. -Artus: C’est un faux! -F.Gazan: Enlève-le. -N.Leroy: Merde! -L.Ruquier: Ce n’est pas Nolwenn, c’est Eve Angeli qu’on a invitée. Mabille? -Dans le petit bois de Trousse chemise. C’est ça, de lui? -N.Leroy: Oui. -Retiens la nuit. C’est lui! -L.Ruquier: Ne riez pas. C’est une chanson de Charles Une chanson que Charles Aznavour a écrite pourJohnny Hallyday. De même que “La Plus Belle pour aller danser”, de Sylvie Vartan. -B.Mabille: Et “La Marche des anges”! -L.Ruquier: Oui. J’ai gardé le meilleur pour la fin de manière à ce que Charles Aznavour, qui s’était déjà retourné dans sa tombe, revienne à l’endroit. Nous allons terminer par Chantal Ladesou. Elle imite Charles Aznavour. -J.Janssens: C’est quoi, ça? -Ce mariage, tes parents ont dû crever de rage. -M.Bernier: C’est “Je n’ai rien -Artus: Il est revenu? -Non, je n’ai rien oublié. -F.Gazan: Emmenez-la au bout de la Terre. -L.Ruquier: C’était pour ses 85 ans que vous aviez chanté “Mourir d’aimer” avec Charles Aznavour. Peut-être qu’un jour, vous reprendrez ses chansons….”
“…En 10 fois plus gros que n’importe qui. Mon nom s’étalait. Adulé et riche. -L.Ruquier: C’est bien! Michèle. -You are the one for me, for me, formidable. But how can you see me, see me, si minable? -L.Ruquier: Florian? -C’est là qu’on s’est connus. Dans la boîte à la mode. Toi vêtue en Indienne et moi en col Mao. -L.Ruquier: Roselyne? -Viens voir les musiciens, voir les comédiens. Manoeuvre? Tu te laisses aller. -L.Ruquier: Bel hommage. C’est sympa pour votre femme. Caroline? “Mourir d’aimer”? -C.Diament: Nolwenn souhaite la chanter avec moi. -Mourir d’aimer. De plein gré s’enfoncer dans la nuit. Payer l’amour au prix de sa vie. -Artus: Il ne me marche pas, ce micro! -L.Ruquier: Ça aide. -Artus: C’est un faux! -F.Gazan: Enlève-le. -N.Leroy: Merde! -L.Ruquier: Ce n’est pas Nolwenn, c’est Eve Angeli qu’on a invitée. Mabille? -Dans le petit bois de Trousse chemise. C’est ça, de lui? -N.Leroy: Oui. -Retiens la nuit. C’est lui! -L.Ruquier: Ne riez pas. C’est une chanson de Charles Une chanson que Charles Aznavour a écrite pourJohnny Hallyday. De même que “La Plus Belle pour aller danser”, de Sylvie Vartan. -B.Mabille: Et “La Marche des anges”! -L.Ruquier: Oui. J’ai gardé le meilleur pour la fin de manière à ce que Charles Aznavour, qui s’était déjà retourné dans sa tombe, revienne à l’endroit. Nous allons terminer par Chantal Ladesou. Elle imite Charles Aznavour….”
“…-Je m’voyais déjà. En haut de l’affiche. En 10 fois plus gros que n’importe qui. Mon nom s’étalait. Adulé et riche. -L.Ruquier: C’est bien! Michèle. -You are the one for me, for me, formidable. But how can you see me, see me, si minable? -L.Ruquier: Florian? -C’est là qu’on s’est connus. Dans la boîte à la mode. Toi vêtue en Indienne et moi en col Mao. -L.Ruquier: Roselyne? -Viens voir les musiciens, voir les comédiens. Manoeuvre? Tu te laisses aller. -L.Ruquier: Bel hommage. C’est sympa pour votre femme. Caroline? “Mourir d’aimer”? -C.Diament: Nolwenn souhaite la chanter avec moi. -Mourir d’aimer. De plein gré s’enfoncer dans la nuit. Payer l’amour au prix de sa vie. -Artus: Il ne me marche pas, ce micro! -L.Ruquier: Ça aide. -Artus: C’est un faux! -F.Gazan: Enlève-le. -N.Leroy: Merde! -L.Ruquier: Ce n’est pas Nolwenn, c’est Eve Angeli qu’on a invitée. Mabille? -Dans le petit bois de Trousse chemise. C’est ça, de lui? -N.Leroy: Oui. -Retiens la nuit. C’est lui! -L.Ruquier: Ne riez pas. C’est une chanson de Charles Une chanson que Charles Aznavour a écrite pourJohnny Hallyday. De même que “La Plus Belle pour aller danser”, de Sylvie Vartan. -B.Mabille: Et “La Marche des anges”! -L.Ruquier: Oui. J’ai gardé le meilleur pour la fin de manière à ce que Charles Aznavour, qui s’était déjà retourné dans sa tombe, revienne à l’endroit….”
“…Emmenez-moi au pays des merveilles. Il semble que la misère. Serait moins pénible au soleil. -L.Ruquier: Bravo! -Je m’voyais déjà. En haut de l’affiche. En 10 fois plus gros que n’importe qui. Mon nom s’étalait. Adulé et riche. -L.Ruquier: C’est bien! Michèle. -You are the one for me, for me, formidable. But how can you see me, see me, si minable? -L.Ruquier: Florian? -C’est là qu’on s’est connus. Dans la boîte à la mode. Toi vêtue en Indienne et moi en col Mao. -L.Ruquier: Roselyne? -Viens voir les musiciens, voir les comédiens. Manoeuvre? Tu te laisses aller. -L.Ruquier: Bel hommage. C’est sympa pour votre femme. Caroline? “Mourir d’aimer”? -C.Diament: Nolwenn souhaite la chanter avec moi. -Mourir d’aimer. De plein gré s’enfoncer dans la nuit. Payer l’amour au prix de sa vie. -Artus: Il ne me marche pas, ce micro! -L.Ruquier: Ça aide. -Artus: C’est un faux! -F.Gazan: Enlève-le. -N.Leroy: Merde! -L.Ruquier: Ce n’est pas Nolwenn, c’est Eve Angeli qu’on a invitée. Mabille? -Dans le petit bois de Trousse chemise. C’est ça, de lui? -N.Leroy: Oui. -Retiens la nuit. C’est lui! -L.Ruquier: Ne riez pas. C’est une chanson de Charles Une chanson que Charles Aznavour a écrite pourJohnny Hallyday….”
“…Cette rue porte le nom d’un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. -M.Bernier: Le Boléro de Ravel! -Artus: Je sais! Rue Sarasate! -L.Ruquier: Bravo! Excellent. -C.Diament: Elle est dans le 15e. -N.Leroy: Bravo. -L.Ruquier: Eh oui, elle est dans le 15e arrondissement. -M.Bernier: Elle donne dans la rue de la Convention. -L.Ruquier: Charles Aznavour nous a quittés cette année. On a beaucoup réentendu cette fameuse chanson dans laquelle on entend la rue Sarasate sans savoir qui était Sarasate. C’était un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. Charles Aznavour racontait qu’il avait choisi cette rue pour la rime. Ça aurait été pareil si ça avait été rue des Savates. -M.Bernier: C’était moins joli, -L.Ruquier: Ça rime avec… -J’habite seul avec maman. Dans un très vieil appartement. J’ai, pour me tenir compagnie. Une tortue, 2 canaris. Et une chatte. -L.Ruquier: Voilà. C’était pour rimer avec “chatte”. ‘ima ine ue vous avez chanté avec lui? -N.Leroy: A 3 reprises. -L.Ruquier: Ce sont des souvenirs… -N.Leroy: Extraordinaires. On avait chanté “Mourir d’aimer” et une chanson de Mouloudji et une chanson qu’avaient reprise Dutronc et Hardy, “Puisque vous partez en voyage”. -L.Ruquier: La chanson d’Aznavour que vous avez chantée avec lui… -N.Leroy: “Mourir d’aimer”. -Artus: Vous avez chanté avec Johnny Hallyday? -N.Leroy: Aussi. -Artus: C’est de votre faute, tout -M.Bernier: Tu ne leur porterais pas un peu la poisse? -L.Ruquier: Pour rendre hommage à Charles Aznavour, quelqu’un fredonne une chanson différente de Charles Aznavour à chaque fois….”
“…Cette rue porte le nom d’un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. -M.Bernier: Le Boléro de Ravel! -Artus: Je sais! Rue Sarasate! -L.Ruquier: Bravo! Excellent. -C.Diament: Elle est dans le 15e. -N.Leroy: Bravo. -L.Ruquier: Eh oui, elle est dans le 15e arrondissement. -M.Bernier: Elle donne dans la rue de la Convention. -L.Ruquier: Charles Aznavour nous a quittés cette année. On a beaucoup réentendu cette fameuse chanson dans laquelle on entend la rue Sarasate sans savoir qui était Sarasate. C’était un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. Charles Aznavour racontait qu’il avait choisi cette rue pour la rime. Ça aurait été pareil si ça avait été rue des Savates. -M.Bernier: C’était moins joli, -L.Ruquier: Ça rime avec… -J’habite seul avec maman. Dans un très vieil appartement. J’ai, pour me tenir compagnie. Une tortue, 2 canaris. Et une chatte. -L.Ruquier: Voilà. C’était pour rimer avec “chatte”. ‘ima ine ue vous avez chanté avec lui? -N.Leroy: A 3 reprises. -L.Ruquier: Ce sont des souvenirs… -N.Leroy: Extraordinaires. On avait chanté “Mourir d’aimer” et une chanson de Mouloudji et une chanson qu’avaient reprise Dutronc et Hardy, “Puisque vous partez en voyage”. -L.Ruquier: La chanson d’Aznavour que vous avez chantée avec lui… -N.Leroy: “Mourir d’aimer”. -Artus: Vous avez chanté avec Johnny Hallyday? -N.Leroy: Aussi. -Artus: C’est de votre faute, tout -M.Bernier: Tu ne leur porterais pas un peu la poisse? -L.Ruquier: Pour rendre hommage à Charles Aznavour, quelqu’un fredonne une chanson différente de Charles Aznavour à chaque fois….”
“…-C.Diament: On parle d’un homonyme. -L.Ruquier: Non, c’est lui sauf qu’on ne sait pas, quand on entend son nom, que c’est lui, ce célèbre violoniste espagnol. -C.Diament: Oui! Ça a un rapport avec un titre Attendez… Merde… -L.Ruquier: Je vous dis que c’est son nom qu’on a entendu. -N.Leroy: Il a donné son nom à une rue? -L.Ruquier: Oui. -C.Diament: A Paris? -B.Mabille: Vous n’êtes pas loin, Nolwenn. -N.Leroy: Je suis pas mal. -B.Mabille: Traversez la rue! -L.Ruquier: Vous devriez trouver. -M.Bernier: La rue de Bretagne! -L.Ruquier: C’est votre domaine. -N.Leroy: Une rue en Bretagne? -L.Ruquier: Non. -C.Diament: C’est la rue Chanson! Ça a un rapport avec Johnny Hallyday? -L.Ruquier: Pas du tout. -M.Bernier: La rue Folk? -L.Ruquier: Non, mais on se rapproche. -C.Diament: C’est à Saint-Barth! avec Johnny. -M.Bernier: La rue de La Musique? La rue des Notes? -C.Diament: Cette rue a été baptisée début octobre? -L.Ruquier: Vous n’avez rien compris. Cette rue porte le nom d’un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. -M.Bernier: Le Boléro de Ravel! -Artus: Je sais! Rue Sarasate! -L.Ruquier: Bravo! Excellent. -C.Diament: Elle est dans le 15e. -N.Leroy: Bravo. -L.Ruquier: Eh oui, elle est dans le 15e arrondissement. -M.Bernier: Elle donne dans la rue de la Convention. -L.Ruquier: Charles Aznavour nous a quittés cette année. On a beaucoup réentendu cette fameuse chanson dans laquelle on entend la rue Sarasate sans savoir qui était Sarasate. C’était un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. Charles Aznavour racontait qu’il avait choisi cette rue pour la rime….”
“…-L.Ruquier: C’est pas mal, mais ce n’est pas ça du tout. -M.Bernier: Ça a à voir avec sa musique? -L.Ruquier: Non, c’est son nom. -C.Diament: On parle d’un homonyme. -L.Ruquier: Non, c’est lui sauf qu’on ne sait pas, quand on entend son nom, que c’est lui, ce célèbre violoniste espagnol. -C.Diament: Oui! Ça a un rapport avec un titre Attendez… Merde… -L.Ruquier: Je vous dis que c’est son nom qu’on a entendu. -N.Leroy: Il a donné son nom à une rue? -L.Ruquier: Oui. -C.Diament: A Paris? -B.Mabille: Vous n’êtes pas loin, Nolwenn. -N.Leroy: Je suis pas mal. -B.Mabille: Traversez la rue! -L.Ruquier: Vous devriez trouver. -M.Bernier: La rue de Bretagne! -L.Ruquier: C’est votre domaine. -N.Leroy: Une rue en Bretagne? -L.Ruquier: Non. -C.Diament: C’est la rue Chanson! Ça a un rapport avec Johnny Hallyday? -L.Ruquier: Pas du tout. -M.Bernier: La rue Folk? -L.Ruquier: Non, mais on se rapproche. -C.Diament: C’est à Saint-Barth! avec Johnny. -M.Bernier: La rue de La Musique? La rue des Notes? -C.Diament: Cette rue a été baptisée début octobre? -L.Ruquier: Vous n’avez rien compris. Cette rue porte le nom d’un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. -M.Bernier: Le Boléro de Ravel! -Artus: Je sais! Rue Sarasate! -L.Ruquier: Bravo! Excellent. -C.Diament: Elle est dans le 15e. -N.Leroy: Bravo. -L.Ruquier: Eh oui, elle est dans le 15e arrondissement. -M.Bernier: Elle donne dans la rue de la Convention. -L.Ruquier: Charles Aznavour nous a quittés cette année….”

Dans Téléthon 2018 : 32e édition sur France 2

“…Faites participer tous les téléspectateurs. – Nagui: Il y a du tempo. Sur le terrain, que s’est-il passé? Comment avez-vous récolté l’argent? – On a fait des choses sur le terrain. Des crêpes, des repas, des tombolas. Nous nous sommes mobilisés cette année. C’est la quantième année que nous participons au Téléthon. C’est du belge. C’est notre 20e année. – Nagui: Formidable. C’est joli, la quantième. Le bridge a une dent contre la maladie? – P.Obispo: Tu sors. – Nagui: Moment de solitude pour l’animateur. Où en est le compteur? Il bouge. – Je vais rajouter un merveilleux montant, cette année. Nous sommes des hommes de chiffres et de nombres. – Nagui: Merci. On retrouve Kendji ce soir. Tu vas rester avec nous. – P.Obispo: On va chanter une chanson tous ensemble. – Nagui: Un hommage à Charles Aznavour….”

Dans Laurent Gerra, une année pas comme les autres sur France 3

“…Longtemps, longtemps, longtemps, après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues. Dans mon île, ah, comme on est bien ! on ne fait jamais rien. -En juin, je suis au Palais des Sports. Je viens voir Laurent, et je suis juste, comme toujours, Ça m’a donné des ailes. Il fait partie des gens, comme moi, qui aime admirer les anciens et les gens qui nous ont quittés. On leur doit beaucoup. -Ah, tu verras, tu verras. Tout recommencera. Tu verras, tu verras. L’amour, c’est fait pour ça. Tu verras, tu verras. Je ne ferai plus le con. j’apprendrai ma leçon sur le bout de tes doigts. Tu l’auras, ta maison, avec des tuiles bleues, des palmiers plein les yeux, des hivers crépitants près du chat angora, et je m’endormirai. Tu verras, tu verras, le devoir accompli, couché tout contre toi, avec dans mes greniers, mes caves et mes toits, tous les rêves du monde. Il y aura, malheureusement, un hommage à Charles Aznavour, qui va intégrer la fin du spectacle….”