Category: Discussions dans des emissions TV

Dans Les Grosses Têtes refont 2018 sur France 2

“…-L.Ruquier: Roselyne? -Viens voir les musiciens, voir les comédiens. Manoeuvre? Tu te laisses aller. -L.Ruquier: Bel hommage. C’est sympa pour votre femme. Caroline? “Mourir d’aimer”? -C.Diament: Nolwenn souhaite la chanter avec moi. -Mourir d’aimer. De plein gré s’enfoncer dans la nuit. Payer l’amour au prix de sa vie. -Artus: Il ne me marche pas, ce micro! -L.Ruquier: Ça aide. -Artus: C’est un faux! -F.Gazan: Enlève-le. -N.Leroy: Merde! -L.Ruquier: Ce n’est pas Nolwenn, c’est Eve Angeli qu’on a invitée. Mabille? -Dans le petit bois de Trousse chemise. C’est ça, de lui? -N.Leroy: Oui. -Retiens la nuit. C’est lui! -L.Ruquier: Ne riez pas. C’est une chanson de Charles Une chanson que Charles Aznavour a écrite pourJohnny Hallyday. De même que “La Plus Belle pour aller danser”, de Sylvie Vartan. -B.Mabille: Et “La Marche des anges”! -L.Ruquier: Oui. J’ai gardé le meilleur pour la fin de manière à ce que Charles Aznavour, qui s’était déjà retourné dans sa tombe, revienne à l’endroit. Nous allons terminer par Chantal Ladesou. Elle imite Charles Aznavour. -J.Janssens: C’est quoi, ça? -Ce mariage, tes parents ont dû crever de rage. -M.Bernier: C’est “Je n’ai rien -Artus: Il est revenu? -Non, je n’ai rien oublié. -F.Gazan: Emmenez-la au bout de la Terre. -L.Ruquier: C’était pour ses 85 ans que vous aviez chanté “Mourir d’aimer” avec Charles Aznavour. Peut-être qu’un jour, vous reprendrez ses chansons….”
“…En 10 fois plus gros que n’importe qui. Mon nom s’étalait. Adulé et riche. -L.Ruquier: C’est bien! Michèle. -You are the one for me, for me, formidable. But how can you see me, see me, si minable? -L.Ruquier: Florian? -C’est là qu’on s’est connus. Dans la boîte à la mode. Toi vêtue en Indienne et moi en col Mao. -L.Ruquier: Roselyne? -Viens voir les musiciens, voir les comédiens. Manoeuvre? Tu te laisses aller. -L.Ruquier: Bel hommage. C’est sympa pour votre femme. Caroline? “Mourir d’aimer”? -C.Diament: Nolwenn souhaite la chanter avec moi. -Mourir d’aimer. De plein gré s’enfoncer dans la nuit. Payer l’amour au prix de sa vie. -Artus: Il ne me marche pas, ce micro! -L.Ruquier: Ça aide. -Artus: C’est un faux! -F.Gazan: Enlève-le. -N.Leroy: Merde! -L.Ruquier: Ce n’est pas Nolwenn, c’est Eve Angeli qu’on a invitée. Mabille? -Dans le petit bois de Trousse chemise. C’est ça, de lui? -N.Leroy: Oui. -Retiens la nuit. C’est lui! -L.Ruquier: Ne riez pas. C’est une chanson de Charles Une chanson que Charles Aznavour a écrite pourJohnny Hallyday. De même que “La Plus Belle pour aller danser”, de Sylvie Vartan. -B.Mabille: Et “La Marche des anges”! -L.Ruquier: Oui. J’ai gardé le meilleur pour la fin de manière à ce que Charles Aznavour, qui s’était déjà retourné dans sa tombe, revienne à l’endroit. Nous allons terminer par Chantal Ladesou. Elle imite Charles Aznavour….”
“…-Je m’voyais déjà. En haut de l’affiche. En 10 fois plus gros que n’importe qui. Mon nom s’étalait. Adulé et riche. -L.Ruquier: C’est bien! Michèle. -You are the one for me, for me, formidable. But how can you see me, see me, si minable? -L.Ruquier: Florian? -C’est là qu’on s’est connus. Dans la boîte à la mode. Toi vêtue en Indienne et moi en col Mao. -L.Ruquier: Roselyne? -Viens voir les musiciens, voir les comédiens. Manoeuvre? Tu te laisses aller. -L.Ruquier: Bel hommage. C’est sympa pour votre femme. Caroline? “Mourir d’aimer”? -C.Diament: Nolwenn souhaite la chanter avec moi. -Mourir d’aimer. De plein gré s’enfoncer dans la nuit. Payer l’amour au prix de sa vie. -Artus: Il ne me marche pas, ce micro! -L.Ruquier: Ça aide. -Artus: C’est un faux! -F.Gazan: Enlève-le. -N.Leroy: Merde! -L.Ruquier: Ce n’est pas Nolwenn, c’est Eve Angeli qu’on a invitée. Mabille? -Dans le petit bois de Trousse chemise. C’est ça, de lui? -N.Leroy: Oui. -Retiens la nuit. C’est lui! -L.Ruquier: Ne riez pas. C’est une chanson de Charles Une chanson que Charles Aznavour a écrite pourJohnny Hallyday. De même que “La Plus Belle pour aller danser”, de Sylvie Vartan. -B.Mabille: Et “La Marche des anges”! -L.Ruquier: Oui. J’ai gardé le meilleur pour la fin de manière à ce que Charles Aznavour, qui s’était déjà retourné dans sa tombe, revienne à l’endroit….”
“…Emmenez-moi au pays des merveilles. Il semble que la misère. Serait moins pénible au soleil. -L.Ruquier: Bravo! -Je m’voyais déjà. En haut de l’affiche. En 10 fois plus gros que n’importe qui. Mon nom s’étalait. Adulé et riche. -L.Ruquier: C’est bien! Michèle. -You are the one for me, for me, formidable. But how can you see me, see me, si minable? -L.Ruquier: Florian? -C’est là qu’on s’est connus. Dans la boîte à la mode. Toi vêtue en Indienne et moi en col Mao. -L.Ruquier: Roselyne? -Viens voir les musiciens, voir les comédiens. Manoeuvre? Tu te laisses aller. -L.Ruquier: Bel hommage. C’est sympa pour votre femme. Caroline? “Mourir d’aimer”? -C.Diament: Nolwenn souhaite la chanter avec moi. -Mourir d’aimer. De plein gré s’enfoncer dans la nuit. Payer l’amour au prix de sa vie. -Artus: Il ne me marche pas, ce micro! -L.Ruquier: Ça aide. -Artus: C’est un faux! -F.Gazan: Enlève-le. -N.Leroy: Merde! -L.Ruquier: Ce n’est pas Nolwenn, c’est Eve Angeli qu’on a invitée. Mabille? -Dans le petit bois de Trousse chemise. C’est ça, de lui? -N.Leroy: Oui. -Retiens la nuit. C’est lui! -L.Ruquier: Ne riez pas. C’est une chanson de Charles Une chanson que Charles Aznavour a écrite pourJohnny Hallyday….”
“…Cette rue porte le nom d’un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. -M.Bernier: Le Boléro de Ravel! -Artus: Je sais! Rue Sarasate! -L.Ruquier: Bravo! Excellent. -C.Diament: Elle est dans le 15e. -N.Leroy: Bravo. -L.Ruquier: Eh oui, elle est dans le 15e arrondissement. -M.Bernier: Elle donne dans la rue de la Convention. -L.Ruquier: Charles Aznavour nous a quittés cette année. On a beaucoup réentendu cette fameuse chanson dans laquelle on entend la rue Sarasate sans savoir qui était Sarasate. C’était un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. Charles Aznavour racontait qu’il avait choisi cette rue pour la rime. Ça aurait été pareil si ça avait été rue des Savates. -M.Bernier: C’était moins joli, -L.Ruquier: Ça rime avec… -J’habite seul avec maman. Dans un très vieil appartement. J’ai, pour me tenir compagnie. Une tortue, 2 canaris. Et une chatte. -L.Ruquier: Voilà. C’était pour rimer avec “chatte”. ‘ima ine ue vous avez chanté avec lui? -N.Leroy: A 3 reprises. -L.Ruquier: Ce sont des souvenirs… -N.Leroy: Extraordinaires. On avait chanté “Mourir d’aimer” et une chanson de Mouloudji et une chanson qu’avaient reprise Dutronc et Hardy, “Puisque vous partez en voyage”. -L.Ruquier: La chanson d’Aznavour que vous avez chantée avec lui… -N.Leroy: “Mourir d’aimer”. -Artus: Vous avez chanté avec Johnny Hallyday? -N.Leroy: Aussi. -Artus: C’est de votre faute, tout -M.Bernier: Tu ne leur porterais pas un peu la poisse? -L.Ruquier: Pour rendre hommage à Charles Aznavour, quelqu’un fredonne une chanson différente de Charles Aznavour à chaque fois….”
“…Cette rue porte le nom d’un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. -M.Bernier: Le Boléro de Ravel! -Artus: Je sais! Rue Sarasate! -L.Ruquier: Bravo! Excellent. -C.Diament: Elle est dans le 15e. -N.Leroy: Bravo. -L.Ruquier: Eh oui, elle est dans le 15e arrondissement. -M.Bernier: Elle donne dans la rue de la Convention. -L.Ruquier: Charles Aznavour nous a quittés cette année. On a beaucoup réentendu cette fameuse chanson dans laquelle on entend la rue Sarasate sans savoir qui était Sarasate. C’était un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. Charles Aznavour racontait qu’il avait choisi cette rue pour la rime. Ça aurait été pareil si ça avait été rue des Savates. -M.Bernier: C’était moins joli, -L.Ruquier: Ça rime avec… -J’habite seul avec maman. Dans un très vieil appartement. J’ai, pour me tenir compagnie. Une tortue, 2 canaris. Et une chatte. -L.Ruquier: Voilà. C’était pour rimer avec “chatte”. ‘ima ine ue vous avez chanté avec lui? -N.Leroy: A 3 reprises. -L.Ruquier: Ce sont des souvenirs… -N.Leroy: Extraordinaires. On avait chanté “Mourir d’aimer” et une chanson de Mouloudji et une chanson qu’avaient reprise Dutronc et Hardy, “Puisque vous partez en voyage”. -L.Ruquier: La chanson d’Aznavour que vous avez chantée avec lui… -N.Leroy: “Mourir d’aimer”. -Artus: Vous avez chanté avec Johnny Hallyday? -N.Leroy: Aussi. -Artus: C’est de votre faute, tout -M.Bernier: Tu ne leur porterais pas un peu la poisse? -L.Ruquier: Pour rendre hommage à Charles Aznavour, quelqu’un fredonne une chanson différente de Charles Aznavour à chaque fois….”
“…-C.Diament: On parle d’un homonyme. -L.Ruquier: Non, c’est lui sauf qu’on ne sait pas, quand on entend son nom, que c’est lui, ce célèbre violoniste espagnol. -C.Diament: Oui! Ça a un rapport avec un titre Attendez… Merde… -L.Ruquier: Je vous dis que c’est son nom qu’on a entendu. -N.Leroy: Il a donné son nom à une rue? -L.Ruquier: Oui. -C.Diament: A Paris? -B.Mabille: Vous n’êtes pas loin, Nolwenn. -N.Leroy: Je suis pas mal. -B.Mabille: Traversez la rue! -L.Ruquier: Vous devriez trouver. -M.Bernier: La rue de Bretagne! -L.Ruquier: C’est votre domaine. -N.Leroy: Une rue en Bretagne? -L.Ruquier: Non. -C.Diament: C’est la rue Chanson! Ça a un rapport avec Johnny Hallyday? -L.Ruquier: Pas du tout. -M.Bernier: La rue Folk? -L.Ruquier: Non, mais on se rapproche. -C.Diament: C’est à Saint-Barth! avec Johnny. -M.Bernier: La rue de La Musique? La rue des Notes? -C.Diament: Cette rue a été baptisée début octobre? -L.Ruquier: Vous n’avez rien compris. Cette rue porte le nom d’un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. -M.Bernier: Le Boléro de Ravel! -Artus: Je sais! Rue Sarasate! -L.Ruquier: Bravo! Excellent. -C.Diament: Elle est dans le 15e. -N.Leroy: Bravo. -L.Ruquier: Eh oui, elle est dans le 15e arrondissement. -M.Bernier: Elle donne dans la rue de la Convention. -L.Ruquier: Charles Aznavour nous a quittés cette année. On a beaucoup réentendu cette fameuse chanson dans laquelle on entend la rue Sarasate sans savoir qui était Sarasate. C’était un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. Charles Aznavour racontait qu’il avait choisi cette rue pour la rime….”
“…-L.Ruquier: C’est pas mal, mais ce n’est pas ça du tout. -M.Bernier: Ça a à voir avec sa musique? -L.Ruquier: Non, c’est son nom. -C.Diament: On parle d’un homonyme. -L.Ruquier: Non, c’est lui sauf qu’on ne sait pas, quand on entend son nom, que c’est lui, ce célèbre violoniste espagnol. -C.Diament: Oui! Ça a un rapport avec un titre Attendez… Merde… -L.Ruquier: Je vous dis que c’est son nom qu’on a entendu. -N.Leroy: Il a donné son nom à une rue? -L.Ruquier: Oui. -C.Diament: A Paris? -B.Mabille: Vous n’êtes pas loin, Nolwenn. -N.Leroy: Je suis pas mal. -B.Mabille: Traversez la rue! -L.Ruquier: Vous devriez trouver. -M.Bernier: La rue de Bretagne! -L.Ruquier: C’est votre domaine. -N.Leroy: Une rue en Bretagne? -L.Ruquier: Non. -C.Diament: C’est la rue Chanson! Ça a un rapport avec Johnny Hallyday? -L.Ruquier: Pas du tout. -M.Bernier: La rue Folk? -L.Ruquier: Non, mais on se rapproche. -C.Diament: C’est à Saint-Barth! avec Johnny. -M.Bernier: La rue de La Musique? La rue des Notes? -C.Diament: Cette rue a été baptisée début octobre? -L.Ruquier: Vous n’avez rien compris. Cette rue porte le nom d’un violoniste espagnol né à Pampelune et mort à Biarritz. -M.Bernier: Le Boléro de Ravel! -Artus: Je sais! Rue Sarasate! -L.Ruquier: Bravo! Excellent. -C.Diament: Elle est dans le 15e. -N.Leroy: Bravo. -L.Ruquier: Eh oui, elle est dans le 15e arrondissement. -M.Bernier: Elle donne dans la rue de la Convention. -L.Ruquier: Charles Aznavour nous a quittés cette année….”

Dans Téléthon 2018 : 32e édition sur France 2

“…Faites participer tous les téléspectateurs. – Nagui: Il y a du tempo. Sur le terrain, que s’est-il passé? Comment avez-vous récolté l’argent? – On a fait des choses sur le terrain. Des crêpes, des repas, des tombolas. Nous nous sommes mobilisés cette année. C’est la quantième année que nous participons au Téléthon. C’est du belge. C’est notre 20e année. – Nagui: Formidable. C’est joli, la quantième. Le bridge a une dent contre la maladie? – P.Obispo: Tu sors. – Nagui: Moment de solitude pour l’animateur. Où en est le compteur? Il bouge. – Je vais rajouter un merveilleux montant, cette année. Nous sommes des hommes de chiffres et de nombres. – Nagui: Merci. On retrouve Kendji ce soir. Tu vas rester avec nous. – P.Obispo: On va chanter une chanson tous ensemble. – Nagui: Un hommage à Charles Aznavour….”

Dans Laurent Gerra, une année pas comme les autres sur France 3

“…Longtemps, longtemps, longtemps, après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues. Dans mon île, ah, comme on est bien ! on ne fait jamais rien. -En juin, je suis au Palais des Sports. Je viens voir Laurent, et je suis juste, comme toujours, Ça m’a donné des ailes. Il fait partie des gens, comme moi, qui aime admirer les anciens et les gens qui nous ont quittés. On leur doit beaucoup. -Ah, tu verras, tu verras. Tout recommencera. Tu verras, tu verras. L’amour, c’est fait pour ça. Tu verras, tu verras. Je ne ferai plus le con. j’apprendrai ma leçon sur le bout de tes doigts. Tu l’auras, ta maison, avec des tuiles bleues, des palmiers plein les yeux, des hivers crépitants près du chat angora, et je m’endormirai. Tu verras, tu verras, le devoir accompli, couché tout contre toi, avec dans mes greniers, mes caves et mes toits, tous les rêves du monde. Il y aura, malheureusement, un hommage à Charles Aznavour, qui va intégrer la fin du spectacle….”

Dans 20th édition des NRJ Music Awards : stars, secrets et coulisses sur TF1

“…Nikos Aliagas: NRJ Music Awards, 20e édition, en direct, de Cannes. La musique est à l’honneur. Il y a un peu plus d’un mois, un immense artiste nous a quittés. Un poète. Il sculptait les mots. Il les rendait immortels. Ce soir, Louane, Vianney et Patrick Bruel vont lui rendre un hommage. Ce soir, ces 3 artistes saluent la mémoire de Charles Aznavour. Ils chantent “Hier encore” sur cette scène. Charles Aznavour, tu nous manques….”
“…Nikos Aliagas: NRJ Music Awards, 20e édition, en direct, de Cannes. La musique est à l’honneur. Il y a un peu plus d’un mois, un immense artiste nous a quittés. Un poète. Il sculptait les mots. Il les rendait immortels. Ce soir, Louane, Vianney et Patrick Bruel vont lui rendre un hommage. Ce soir, ces 3 artistes saluent la mémoire de Charles Aznavour….”
“…Qu’on délire. . Qu’on danse jusqu’au dernier silence. . J’irais dans la rue. . Si t’as besoin d’un toit. . Je pourrais vivre nu. . Pour que t’aies un peu moins Que jamais la raison. . N’atteigne cet aveu. . Quand même. . Jusqu’à ce qu’un jour. . Acclamation. Nikos Aliagas: Magnifique, Amir! -Merci. Nikos Aliagas: Amir, toujours là où il faut. Regardez qui est à mes côtés. Dans un instant, ils vont rendre hommage à un immense artiste, Charles Aznavour. J’ai pas parlé de votre album, Patrick Bruel. Vous êtes toujours à la mode. Un peu comme Charles Aznavour….”
“…Qu’on délire. . Qu’on danse jusqu’au dernier silence. . J’irais dans la rue. . Si t’as besoin d’un toit. . Je pourrais vivre nu. . Pour que t’aies un peu moins Que jamais la raison. . N’atteigne cet aveu. . Quand même. . Jusqu’à ce qu’un jour. . Acclamation. Nikos Aliagas: Magnifique, Amir! -Merci. Nikos Aliagas: Amir, toujours là où il faut. Regardez qui est à mes côtés. Dans un instant, ils vont rendre hommage à un immense artiste, Charles Aznavour….”

Dans NRJ Music Awards 2018 sur TF1

“…Je me sens flou, même bien Dans la lumière, parfois, je Parfois, je disparais. . Tu te retournes, et moi, je Acclamation. Nikos Aliagas: Patrick Bruel! Venez avec moi. Comment vous faites pour traverser les modes? Vous arrivez toujours frais, tranquille, toujours connecté avec le public. What is the secret? -The secret is l’enthousiasme. De retrouver le public pour cette nouvelle tournée, de faire de la musique, des chansons, de se renouveler. Nikos Aliagas: Vos fans se retrouvent toujours dans votre musique. Vous êtes très connecté. Sur les réseaux sociaux, il fait des selfies. Il partage, comme les grands artistes. On a rendu hommage à Johnny Hallyday tout à l’heure. On rendra hommage aussi à Charles Aznavoun On l’avait reçu il y a quelques années. Il traversait aussi les modes. -Il n’a jamais cherché à la mode. Ce sont ses chansons qui parlaient pourluL Nikos Aliagas: Ce soir, rendre un hommage à Charles Aznavour, c’est difficile….”

Dans Elie Semoun : A partager sur M6

“…Madame, vous voulez voir mon sketch de la mule ? Ah ben, vous avez tort, madame, parce que c’était mon tube. Madame ! Un sourire n’a jamais tué personne, mais c’est la politesse du coeur. Sale pute ! Monsieur, une pièce pour un ancien comique, du showbiz ? Vous voulez que je fasse Vous m’avez reconnu, monsieur! George André Gaillard ! Le Petit Prince de l’humour! Monsieur 100 000 vannes ! Tu l’as vu ? “Qui ça ‘1” Mon cul ! J’en ai encore sous la pédale ! Vous voulez voir mon sketch du ping-pong ? on va faire un tennis de table. “Pourquoi t’as mis ta fourchette et ton couteau ?” J’ai joué dans les plus grandes salles du monde et aujourd’hui, dans la plus belle, Gare du Nord ! Oh, merci, mademoiselle, vous êtes charmante. Mademoiselle, comme on dit dans ma confrérie : VOUS avez une courbure de fion extraordi… Jülie 7 Oh, ben, merde alors ! Tu reconnais pas ton papa ? Ah, ben, c’est mon nouveau look hipster. Barbe de 30 jours, cheveux gras et couturier vintage, Emmaus. Oh, ben, ma chérie, ben… Oui, j’ai… Ben, euh… Tu viens faire un bisou… Pour l’odeur, tu te bouches le nez et tu embrasses ton papounet. Hein ? Moi, je fais la manche ? Tu rigoles ? Pièce qui tombe. Merci, monsieur. Dis donc, ça fait 5 ans qu’on s’est pas vus, je pourrais te donner la fessée. Je suis content de te voir, ma chérie. Toujours aussi belle. Oui,j’ai un peu maigri, oui. Je fais mon jogging tous les matins, je me fais courser par les Roumains de la Gare de l’Est. Je vais te dire un truc, je leur laisserai jamais mon emplacement. J’ai calculé, plus de 2 000 personnes passent devant. Tous les jours, je me fais un Olympia ! Charles Aznavour, il peut repasser, ce ringard !…”

Dans Les enfants de la télé, la suite sur France 2

“…Ladesou : Peut-être, j’avais envie… Je peux imiter Charles Aznavour… Ou peut-être Roselyne Bachelot! Non, ça ne vous fait pas rire! – L. Ruquier : Ça tombe bien, on a mieux pour imiter, c’est évidemment Marc-Antoine Le Bret!…”
“…. Bonsoir, il paraît que vous imitez très bien… Il paraît que vous faites Charles Aznavour? Ça donnerait quoi? – LA BOHEME, LA BOHEME, CA VOULAIT D…”

Dans Sport 6 sur M6

“…- Karen Khachanov est notre homme du jour. Le Russe de 22 ans a remporté la finale du Paris Masters, à Bercy, cet après-midi. Il a battu Novak Djokovic Kévin Mayer lui a remis l’emblématique trophée. Toute l’actualité sportive du week-end, c’est dans “Sport 6”. On termine avec le nouvel album de Nolwenn Leroy. “Folk” nous plonge, tout en douceur et en poésie, dans les années 70 avec 13 reprises de Francis Cabrel, Jacques Higelin, ou encore Nicolas Peyrac….”

Dans Un soir en direct avec Patrick Bruel sur France 2

“…Je t’ai vu cet après-midi en répétitions, vous ne vous étiez – C. Capéo : J’étais très ému et puis très angoissé! C’est un grand Monsieur, ça fait bizarre. – M. Drucker : Ses chansons, tu les connaissait? – C. Capéo : Bien sûr car quand j’étais petit je jouais de l’accordéon dans des bals et c’est un morceau que je jouais à l’époque! – M. Drucker : Claudio Capéo a été un des artistes l’année dernière les plus diffusés sur les ondes. – P. Bruel : On ne se connaissait pas il y a encore trois heures, voilà ce que la musique peut faire! – M. Drucker: L’album, “Entre deux”, la parenthèse enchantée… C’est le pari le plus fou de ta carrière, l’un de tes défis auquel personne ne croyait. – Bonsoir, merci de nous accompagner au travers des années – Quand l’album “Entre deux” sort en 2002, cette parenthèse enchantée se transforme en raz-de-marée: 2,3 millions d’exemplaires, double disque de diamant, un succès phénoménal, au-delà de tout espoir. L’album réunit à tes côtés toutes les stars, tous tes copains… – Ça change, je n’ai pas l’habitude de faire ce genre de choses! – Et tu embarques aussi dans cette folle aventure un autre géant, Charles Aznavour……”