All posts by admin

Dans Tabarly – Colas, vents contraires sur France 5

“…Ses débuts sur grand écran auraient pu se faire quelques années -En 92 ou 93, S.Donen, qui avait fait “Singin’ in the Rain”, m’avait demandé de faire des essais pourjouer le rôle de M.Dietrich. -Voyez vous-même, moi, ça ne m’énerverait pas, je trouve tout très bien… -Le seul truc qui était génial pour moi, c’est qu’à l’époque, j’avais un accent allemand qui était tout à fait ce qu’il recherchait! Mais à part ça… J’ai fait cette audition, il m’avait donné le rôle, et en fin de compte, il n’a pas trouvé l’argent pour le faire. Aujourd’hui, il n’est plus parmi nous, malheureusement. Ça aurait été génial. Ça aurait changé certainement toute ma carrière. Mais je ne sais pas où et comment. -Pour son nouvel album, P.Kaas s’est entourée d’auteurs d’univers très différents: B.Mazué, A.Saada, le groupe électro-pop Hyphen Hyphen ou encore Arno. -Arno a écrit une chanson qui est un peu “Mon mec à moi”. C’est vrai que 30 ans après, “Mon mec à moi”, c’est un peu la nana qui a vécu et qui dit: “Tu peux toujours me raconter des choses… ” Bon, ily a aussi une forme un peu provocante dedans. C’est l’écriture d’Arno. C’est ce que je voulais. -J’en ai marre de mon amant… Mon amant, c’est un charlatan… -J’ai des goûts très éclectiques, en musique. J’aime bien aller voir les concerts. Je suis allée voir Feu! Chatterton, C.Faker, qui était plus Dans l’électro. J’aime bien vivre dans mon époque, sans vouloir être trop à la mode. Je me souviendrai toujours de cette phrase que m’avait dit C.Aznavour il y a peut-être 30 ans: “Tant que tu n’es pas à la mode, tu ne seras jamais démodée!…”

Dans Cette soirée-là, la suite sur TF1

“…Applaudissements Musique douce au piano -Au bord de la Garonne belle J’ai fait Mes premiers pas d’oiseau Plus tard Il m’est poussé des ailes Mais mon enfance C’est Bordeaux Je t’ai quittée, mon Aquitaine Pour finir mon enfance ailleurs Loin des regards De tes persiennes Et de mes crayons de couleur Papa m’emmenait à bicyclette A l’école du cours Saint-Louis Le bruit des roues me faisait fête Quand je me serrais contre lui J’aimais ce papa d’opérette Ce papa musique et velours Etait toujours inquiète Etait-ce d’angoisse ou d’amour Garçonne Dans tes veines coule l’alcool L’alcool de ta source espagnole Bordeaux T’as changé, ma rebelle T’es belle Avec tes nouveaux quais Le soleil fait des aquarelles Sur les vitres de tes troquets Picorée de feu, ma femelle Dans les cafés où je m’assois Tu éblouis la clientèle Avec ton écharpe de soie C’est un dessin d’enfance Un essaim d’innocence C’est l’océan immense Qui me tend tous ses bras C’est ma vie qui commence Avec ses espérances C’est la main de ma mère Qui me serre et j’espère Que ça continuera Bordeaux, c’est ça Pour moi Longtemps je te fus infidèle Je t’ai trahie Mais ça fait rien Quand naissent Les “je me rappelle” On revient toujours D’où l’on vient Ma belle, ne perds pas confiance Au bout du bout du dernier train Je finirai mon existence Le coeur près des miens Au bord de la Garonne Belle. Acclamation -Monsieur Serge Lama. -Merci. -Je vous serre la main comme le voudraient des millions de gens pour vous remercier pour tout ce que vous nous donnez, ce que vous partagez à travers vos chansons. Vous êtes un seigneur, Monsieur Lama. Et votre nouvel album en est la preuve. Où sont passés nos rêves ? Vous posez cette question aux gens et grâce à vous, leur rêve continue. Vous avez travaillé avec Francis Cabrel, Julien Clerc, Calogero, Obispo, Bénabar……”

Dans L’hebdo cinéma sur Canal+

“…On a suivi la production sur le film de Tonie Marshall, “Numéro unefi -Il faut trouver des arbitrages entre réalisme et coûts. -Et les chroniques d’Hollywood. On aura aussi la visite d’Elsa Zylberstein. Zylbel’stein. -On commence tout de suite par l’agenda ciné de la semaine. Voici les n ews. -Le petit mariole avec un gros tournevis qui a transformé Hollywood en Holyweed a été relaxé. Jeff Bridges a rajouté l’empreinte de ses mains sur la Walk of Fame. Sinon, Isabelle Huppert a beaucoup remercié. Et une charge anti Trump, sans jamais le nommer, de Meryl Streep….”

Dans C dans l’air sur France 5

“…Nos règles démocratiques, européennes ou américaines, une bonne partie du monde n’en a plus rien à faire! Le reste du monde ne souhaite pas les adopter. Certains pays souhaitent avoir de l’influence dans nos pays à travers un certain nombre de partis politiques. On veut mettre fin à nos règles démocratiques qui apparaissent désuètes et ridicules, alors que c’est notre bien le plus précieux! – C.Roux: Une petite phrase est assez révélatrice. D.Trump a dit: “Je serai le plus grand créateur d’emplois que Dieu aitjamais fait! ” Les Américains ont peut-être apprécié aussi cette façon de s’exprimer, sans filtre. – A.Toulouse: Je pense que D.Trump comme beaucoup de gens auraient voulu parler ces dernières années aux Etats-Unis. Il n’a pas de filtre. Le politiquement correct avait pris des proportions délirantes. On a fait venir des petits chats et des chiots sur les campus pour que les étudiants puissent les cajoler, pour consoler leur chagrin! – C.Roux: On voit les actrices américaines qui pleurent en parlant de D.Trump. On voit les campus qui se mobilisent… – A.Toulouse: Mais qu’est-ce que cela représente par rapport à 300 millions d’habitants? Quand on entend M.Streep parler devant un auditoire qui lui est tout acquis……”

Dans L’avant Quotidien sur TMC

“…jamais le nommer. C’est le trophée que les acteurs attendent toute une vie. Mais Meryl Streep préfère tirer la sonnette d’alarme avant l’investitu re. La…”
“…i des cérémonies américaines. Mais le discours qu’il faut retenir, c’est celui de Meryl Streep, qui recevait un Golden Globe pour l’ensemble de sa carrière…”
“…cette phrase du Figaro. Le beau serait le remède au narcissisme douloureux. Vive Meryl Streep, vive le Prozac et gros bisous. – Yann : Merci, Vincent. A t…”

Dans La nouvelle édition sur C8

“…s à l’entrée de la soirée, même si quelques photos ont filtré, mais on sait qu’il y avait Meryl Streep parmi les invités. – Daphné Bürki: On l’a compris, Obama a touj…”
“…ensus libéral, dans le sens américain du terme, représenté par de nombreux artistes, dont Meryl Streep. Ils ne seront plus invités à Washington. Quel sera ce cha…”
“…La Il a remporté 7 prix. Dont celui de meilleur comédien pour Ryan Gosling. Meryl Streep nous a offert la séquence émotion de la soirée. Et le film “Elle”…”

Dans Canetti / Barclay, un duel en chansons sur France 5

“…-Tous les lilas de mai n’en finirontjamais, de faire la fête au coeur des gens s’aiment, s’aiment, s’aiment. -C’est en Amérique que Canetti emmène le même Michel Legrand. Barclay avait importé le microsillon. Canetti et Legrand vont en rapporter le rock’n’roll, encore inconnu en France. -C’était en 55. On entend le 1er disque de BiIl Haley. Canetti dit: on va faire ça en rentrant. On va demander à Salvador de chanter, à Boris Vian d’écrire les textes. J’écrirai la musique. On prendra des pseudos. On faisait des blagues. -Rock’n’roIl mops, avec du pain beurré. Et du beefsteak haché. Un disque insolite, mais qui va bien marcher. Un jour, Legrand va jouer un tour de cochon à ses 2 amis. -Eddie Barclay me dit un jour: “On est des amis. On va travailler ensemble. ” Il me donne un contrat. Je signe un contrat sans le lire. Une semaine avant, J’avais signé 2 contrats d’exclusivité dans 2 maisons concurrentes. Et il me dit: “t’es fou !”. Je m’en fous, je veux travailler avec vous, débrouillez-vous entre vous. J’organise un déjeuner avec Canetti et Barclay. Ils se sont attrapés les cheveux pendant que je me régalais. -Michel Legrand devra rester chez Canetti, le 1er avec lequel il avait signé. Mais pas découragé, Barclay repart pour l’Amérique, et il y emmène son poulain, Charles Aznavour….”
“…-Brel et Brassens ne sont pas les jeunes premiers du cinéma qui se produisent aux “3 Baudets”. Ils sont malhabiles, même avec leur propre répertoire. Ils ont de la difficulté à exposer leurs chansons, et en même temps, en font une force considérable. On voit finalement jaillir une génération d’auteurs-compositeurs-interprètes, ce qui était tout à fait nouveau. -A la fin des années 50, Eddie Barclay est enfin parvenu à imposer le microsillon. Canetti n’aime pas ce format sur lequel on peut graver presque 1h de chanson. Il redoute que les gens ne veuillent plus aller au cabaret découvrir les artistes. -Avec l’arrivée du microsillon, et on dénommera d’ailleurs Barclay “l’empereur du microsillon”, la musique et le disque deviennent une industrie à part entière. -Du coup, Barclay se met à la recherche de perles rares. Et voilà qu’un soir… -Come prima, tu me donnes tant de joie. Que personne ne m’en donne comme toi. C’est ta bouche qui m’apporte ma joie de vivre. Et ma chance, c’est de vivre rien que pour toi. -Dalida est repérée lors d’un “Talent show”, le “The Voice” de l’époque. -C’était une petite chanteuse qui chantait de l’italien. C’était même pas une chanteuse italienne. Il a senti un autre potentiel, une autre dimension. C’est parti et ça va donner la grande carrière de Dalida et qui sera matraquée sur Europe 1. -Charles Aznavour commence à avoir du succès….”