All posts by admin

Dans Un si grand soleil sur France 2

“…tv access -Bonjour, c’est Charlie Winston. -Dix ans après “Like a hobo”, Charlie remet le couvert avec son nouvel album, “Square 1”. Pour Charlie Winston, le look compte autant que la musique. Il nous parle d’artistes comme lui, stylés, doués, des basiques, quoi. -J’ai été très inspiré par Tom Waits à mes débuts. Ce look de vagabond. A la fois élégant et bohème. Ça a vraiment été un modèle pour moi. Je suis toujours à la recherche de chapeaux à petit rebord. C’est le style de Frank Sinatra. C’est un personnage intéressant. Sur cette photo, on dirait un hippie. Ce n’est plus le cas, aujourd’hui. C’est comme s’il avait trop traîné à Los Angeles. Niveau look, c’est l’Elton John français, n’est-ce pas ? -L’album de Charlie Winston s’appelle “Square 1″ et il est top. -Le chapeau, c’est mon identité. Quand je ne le porte pas, je suis à nu. -D’autres attributs sont indissociables de certains courants musicaux. On pense à l’épingle à nourrice accrochée à l’esthétique punk des années 70. On pense aux claquettes chaussettes qui peuplent les clips de rap. claquettes chaussettes. -Ça claque, non ? Ou encore à l’inoubliable coupe mulet. Elle a été portée par David Bowie, Johnny, Francis Cabrel, Paul McCartney ou Pierre Billon….”

Dans La meilleure boulangerie de France sur M6

“…-Alors, y a plus qu’à. Hazaël passe son CAP en candidat libre. Mais pour notre boulanger musicien, la mélodie du bonheur, c’est d’avoir sa propre boulangerie. Motivé, il construit alors son propre fournil de ses mains dans un hangar perdu au milieu des champs de blé. Avec ce projet audacieux et un chouille barré, Hazaël est droit dans les bottes de ses convictions. -L’idée de la boulangerie, c’est d’être proche des agriculteurs. Y a un agriculteur qui est notre voisin, ici. De cultiver le blé avec lui et de rester avec des produits locaux de qualité et en bio. -Un boulanger manuel, locavore et engagé qui a eu du nez à l’heure de s’entourer. Voilà 7 ans qu’il fait équipe avec Richard, un boulanger pour le moins expérimenté. -Je pense qu’il a été content de me trouver, vu que j’avais déjà 16 années d’expérience sur ce four. Il a trouvé la perle tout de suite. -Mais le bon pain, c’est comme les bons points, ça se mérite. -Notre boulangerie est dans les champs. Les clients ont du mal à trouver. -Bonjour. -Mais après, ils l’ont plus quittée. -C’est sûr qu’y a des boulangeries plus près, mais ça nous dérange pas de venir en voiture pour du bon pain. -C’est la meilleure. -Certains clients sont venus et ne sontjamais repartis. Un peu comme Dominique. -Avant, j’étais cliente, et maintenant, je travaille ici. Ça sent toujours bon. Les clients sont sympa. Ça va être la meilleure boulangerie d’Alsace et de France. -Y a pas une 2e miche ? Une grande miche, encore ? -Et pour faire sonner les trompettes de la renommée et mettre le jury au diapason, Hazaël doit être sûr de ses partitions. -Tu te sens comment? -Bien, et toi ? -Nickel. Je suis prêt. -Faut savoir que c’est une boulangerie. C’est surprenant. -Y a une boutique, là, ou c’est un laboratoire ? -Le jury arrive. On se croirait à la télé. -Tu vas nous faire un morceau, Bruno, y a une guitare. Francis Cabrel, “La cabane au fond du jardin”….”

Dans Les douze coups de la rentrée sur TF1

“…*”Alors on danse” -Faut être collés. -On peut. -Oui, c’est ça. Je vois bien. Oui, oui, oui C’est bon, ça. -Un bonheur de revoir toutes ces images. Chaque midi, des moments inoubliables. Il me tarde déjà, demain midi. Merci aux équipes de la grande famille des 12 Coups. C’est un plaisir. Attention, question : qu’est-ce qui est un souvenir d’école ? Images : *-Maîtresse, oh, ma maîtresse Jean-Luc lit les propositions. Guy Lecluyse et Iris Mittenaere, c’est vous qui commencez à répondre. -Si tu veux. -Vous nous dites ? -Rosaces/com pas… Fais attention à toi. Ne te blesse pas. -J’ai un compas dans l’oeil. -Bonne réponse. *-On dessinait des rosaces. -Issa et Charlotte Namura. _llvas-y”. -Les billes et la cartouche d’encre. On collectionnait les billes à l’intérieur. -Ça faisait de la musique. Ça servait à rien. -Du tout. -Je le savais. -C’est la rentrée. Les enfants dans le public ont les réponses. Le petit binôme… -Vas-y. -Sarbacane et stylo. Jean-Luc imite Francis Cabrel : -La sarbacane….”

Dans Le grand concours sur TF1

“…2e tour. Walter, votre choix. -Qu’est-ce qu’est Olé, olé ? -C’est un peu chaud, un peu sexe. -D’accord, OK. Dans tous les domaines, livres, films, vie… ‘Je prends cinema. Rires -La moustache coupe la libido ? -Non, pas du tout… -On y va. C’est parti. -Je passe. -“Tout le monde debout.” -Bridget Jones. “Les petits mouchoirs.” -Black Panther. -“Un éléphant ça trompe énormément.” Jungle. Euh, Marion Cotillard. -Pierre Richard. -“La Planète des Singes.” -“Trois hommes et un couffin.” -“Dirty Dancing.” -Juste. -Michèle Laroque. -“Les Tuche 3.” “Blade Runner.” Amour. -Mon pote. -” La Belle et la bête.” -Euh… Jean-Pierre Bacri. -Uma Thurman. -Meryl Streep….”

Dans Le grand bêtisier sur TF1

“…-En parlant d’idole, je reviens sur l’histoire de Dany Boon. Voici les images de votre rencontre avec Dany Boon. Ça s’est passé sur le plateau d’Arthur, en forme ce soir-là. Les plus belles gaffes des animateurs. -Iris, vous vous souvenez de la rencontre ? -C’était mon rêve. -Attends, attends ! Rires -Oui, elle a des rêves modestes… -Et donc ? -C’était ton rêve ? -C’est Sylvie Tellier. Elle m’a demandé quel était mon rêve. J’ai dit “rencontrer Dany Boon”. Et le lendemain… -La misère du rêve ! -Et puis : “Coucher avec Franck Dubosc”. -Dans la catégorie jeux télé, il faut éviter de donner la réponse. -Qui chante, en 83… *”Time After Time” -Vous vous en êtes pas rendu compte, il y a une fan qui connaissait. Sosie parfaite de Cyndi L… Euh… Qui chante ? Applaudissements -CyndiLauper? -Eh non ! Le gros salaud ! Oui, c’est Cyndi Lauper. -Allez applaudirjulien Clerc pour ses 150 ans de carrière. J’ai dit “ses 150 ans de carrière”. -Il les fait pas ! -Il a confondu avec Charles Aznavour….”

Dans Jamel et ses amis au Marrakech du rire 2017 sur W9

“…-Mais bien sûr que je le dis mieux que toi ! Applaudissements -Bon, écoute, Monsieur qui me ressemble un tout petit peu… je vais pas m’énerver, je reste calme. Si tu pouvais nous laisser tranquilles et nous laisser travailler, ça nous arrange. -Atten ds, atten ds. Ça fait 7 ans que je présente des artistes ici, chez moi, Donc si tu pouvais nous laisser travailler, s’il te plaît. -Viens, viens. J’ai un ami… Tu me connais depuis tout petit? -Depuis longtemps, 30 ans. -Dis-lui que moi, c’est moi. -Tais-toi, s’il te plaît. -Le vrai Jamel, il est là, à gauche. -On va faire la présentation ensemble, et après, tu disparais de ma vie, s’ilvous plaît. -D’accord, mais c’est parce que c’est moi. -Ladies and gentlemen… -Mesdames et Messieurs… -Pour la première fois un extrait d’une pièce de théâtre que j’ai adorée. C’est l’histoire de 3 mecs qui sont en prison et qui doiventjouer une pièce devant la ministre pour avoir un allégement de peine. Vous allez prendre un malin plaisir. Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs… -La grande évasion ! Ils rient. Iljoue “Ya Rayah” de Rachid Taha. -Eh, vous avez senti le tremblement de terre ? -C’est Nabil, il danse ! -N’importe quoi. -C’est pas possible. Je vous laisse 10 minutes, tu te prends pour le Francis Cabrel de Marrakech et toi, Nabil, quand tu danses, ta tête veut, mais ton corps veut pas….”

Dans Audition secrète sur M6

“…-Déborah a alors abandonné la musique pour soutenir ses parents. -La famille, c’est sa priorité. Elle nous a beaucoup aidés, mais elle s’est laissée… Elle s’est mis entre parenthèses. -C’était sans compter sur la volonté de ses parents. Convaincus du talent de leur fille, ils lui ont fait passer une audition secrète pour la pousser à reprendre la musique. Son petit ami lui a fait croire qu’il venait à Paris pour un week-end mais ce n’est pas ce qu’il s’est passé. (Musique émouvante) (-Silence, elle arrive. ) -Elle est à 10 000 lieues d’imaginer. -Tu crois ? -Ouais, ouais. -SURPRISE ! Applaudissements Quand je me suis retrouvée là, je savais pas ce que je faisais là. Bonjour, je suis Eric. -Je croyais que j’étais le clou du spectacle d’Eric Antoine, qu’il m’avait fait apparaître sur scène etje me suis dit: “Quelle surprise bizarre il m’a fait, mon chéri. ” -Elle se dit: “C’est une erreur, c’est pas possible.” -Y en a que tu connais. -Les larmes de Déborah et l’émotion de sa famille ont particulièrement touché Pascal et Julien, avant qu’elle accepte de chanter. Et une fois sur scène, elle a réussi à les toucher comme personne. (Francis Cabrel, “La corrida”) -Dans les premiers moments J’ai cru Qu’il fallait seulement se défendre Mais cette place est sans issue Je commence à comprendre -Elle a une intensité incroyable, un regard incroyable, une façon de chanter assez exceptionnelle et assez rare….”